La tortue des Galapagos

Elephantopus de Geochelone de tortue géante de Galapagos - photographie par le champ de Matthew
Tortue géante des Galapagos –Geochelone Elephantopus – Photo par Matthew Field (www.photography.mattfield.com)

Information sur les tortues des Galapagos

La tortue des Galapagos est la plus grande tortue du monde. Elle peut peser plus de 400 kg (880 livres) et mesurer plus de 1,8 mètres (2 yards) de long. Cette puissante tortue a une durée de vie de plus de 100 ans. Cette tortue gigantesque peut porter un homme sur son dos. Qu’est ce qu’elle est forte cette tortue ! La plus vielle a vécu plus de 170 ans.

La tortue est indigène des sept îles volcaniques des Galapagos situées à l’ouest de la République d’Èquateur. Les îles des Galapagos ont été découvertes par les marins espagnols en 1535 et ils les ont nommées comme cela à cause d’une selle. En effet les carapaces de tortues leur rappelaient un genre de selle de cheval appelé galapago.

La taille et la forme des carapaces des tortues sont différentes selon le lieu où elles vivent. Les tortues de Galapagos sont menacées. La population de tortues est tombée de plus de 250 000 au XVIème siècle à 20 000 aujourd’hui, en raison des activités humaines comme la chasse et le déboisement pour l’agriculture.

Lonesome George ou George le solitaire

7 sur 10 des sous-espèces se trouvent encore à l’état sauvage et une autre sous-espèce est représentée par un seul mâle restant appelé Lonesome George. George est la créature vivante la plus rare du monde et il s’appelle « lonesome » (le solitaire)  parce qu’il est le dernier de sa sous-espèce.

Toutes les tortues des Galapagos sont les descendantes d’ancêtres éloignés qui sont arrivés du continent d’Amérique du Sud. Une hypothèse est qu’il y a très longtemps, quelques tortues femelles enceintes auraient flotté sur des blocs de végétation, d’Amérique du Sud jusqu’aux îles des Galapagos, à travers l’océan. Ces tortues auraient survécues au long voyage, c’est à dire à des mois sans nourriture et sans eau douce. Un courant marin froid qui se déplace du nord vers l’ouest, le long de la côte ouest de l’Amérique du Sud aurait aidé ces tortues géantes à arriver à leur nouvelle destination sur les îles des Galapagos. Le plus proche parent encore en vie de la tortue des Galapagos est la tortue d’Argentine qui est de taille beaucoup plus petite. On la trouve en Argentine.

Les tortues ont une grande carapace osseuse. Elle est d’un brun terne. Leur épine dorsale, leur sternum et leurs côtes font partie de leur carapace. On ne peut pas séparer la tortue de sa carapace. Du lichen (une mousse grise ou jaune) peut se développer sur les coquilles des tortues aux lents déplacements. La tortue peut se protéger en ramenant sa tête, son cou et ses pattes avant dans sa carapace rigide. Elle a de grosses jambes trapues. Elle est couverte d’une peau sèche et écailleuse  et d’écailles rigides. Les pattes avant ont 5 griffes et les pattes arrières 4 griffes.

Les différents types de tortue des Galapagos ont des formes de coquille différentes. La première forme de coquille est une forme de selle. La tortue à carapace en selle de cheval (Saddleback), aussi appelé tortue de Pinta, a une carapace qui ressemble à une selle. Une tortue bombée a une coquille qui ressemble à un dôme. La tortue intermédiaire a une forme de coquille qui est à mi-chemin entre une selle et un dôme.

L’adaptation des tortues des Galapagos

Il a existé 15 sous-espèces de tortues des Galapagos. Maintenant, il n’en reste que 11 d’entre elles. Les plus petites tortues géantes sont les tortues à carapace en Saddleback. Les plus grands des tortues sont les tortues à carapace bombées.

Les sous-espèces différentes sont séparées sur différentes îles. Elles vivent dans des habitats différents. La taille et la forme de la carapace de la tortue sont différentes selon ce qu’elles mangent et où elles vivent. Les tortues des Galapagos vivant sur des îles recouvertes de végétation basse tendent à avoir des coquilles en dôme et à être plus grandes. Elles ont des cous et des pattes plus courts parce qu’elles n’ont pas besoin d’atteindre de la nourriture en hauteur au contraire de la tortue à carapace en selle de cheval ou tortue de l’île de Pinta. Les tortues à carapaces en forme de dôme vivent sur les terrains plus élevés de l’île où il fait plus frais et plus humide. C’est parce qu’elles peuvent mieux résister aux températures plus fraîches.

La tortue à carapace en selle de cheval qui est friande de cactus a un cou et des pattes plus longs.  Cela permet aux tortues d’atteindre et de manger de hauts cactus. Leur carapace permettent le mouvement ascendant du cou avec une arête évasée à l’avant de la carapace. Elles sont plus petites que la tortue à carapace en forme d’un dôme. La tortue à carapace en fer à cheval vit sur les îles plus chaudes et plus sèches des îles des Galapagos.

Puisque les tortues sont des reptiles, elles ont le sang froid. Après l’aube, elles se dorent au soleil pendant 1 à 2 heures pour absorber de la chaleur à travers leurs carapaces foncées avant de rechercher activement de la nourriture pendant 8-9 heures par jour. Elles se déplacent principalement en début de matinée ou en fin d’après-midi. Elles marchent lentement, à une vitesse de 0.3 km par heure (0,2 Miles par heure). Les tortues des Galapagos sont des animaux tranquilles et paisibles qui dorment presque 16 heures par jour. Quelles belles aux bois dormants !

L’habitat des tortues des Galapagos

Sur les îles les plus grandes et les plus humides, les tortues migrent de façon saisonnière vers les terrains plus bas couverts d’herbe pendant la saison des pluies, et vers les prairies en hauteur pendant la saison sèche. Cette migration saisonnière dure depuis de nombreuses générations. De ce fait, les tortues ont créé des chemins bien définis à travers la forêt, qu’on appelle les « routes de tortue ».

Sur les îles plus humides, les tortues à carapace en forme de dôme font souvent parties de grands troupeaux. Elles aiment la vie en société, à la différence des tortues à carapace en selle de cheval plus solitaires et plus territoriales.

Parfois, les tortues se vautrent dans la boue ou dans de grandes flaques d’eau de pluie quand elles veulent se réchauffer pendant des nuits fraîches. Le fait de se vautrer dans la boue les aident également à se débarrasser des moustiques et des tiques. Elles peuvent aussi se débarasser des moustiques et des tiques en se baignant dans la poussière de terre meuble. Pendant la nuit, les tortues se reposent sur des roches en surplomb.

Régime alimentaire des tortues des Galapagos

Les tortues géantes mangent principalement des plantes. Elles mangent des cactus, des herbes, des feuilles, des bananes, des pommes, du raisin et d’autre sorte de végétation. Elles boivent de la rosée et de la sève de plante. Sur les îles sèches, les tortues lèchent la rosée du matin sur les rochers. À cause de cette actions des tortues, qui lèchent les rochers depuis de nombreuses années, beaucoup de roches ont des creux en demi-sphère à leur surface.  Les tortues peuvent vivre pendant 18 mois sans nourriture et sans eau. Pendant ces périodes, elles survivent en décomposant la graisse de leur corps pour produire de l’eau. Elles peuvent également boire très rapidement une grande quantité d’eau quand elles ont soif. Elle stockent l’eau dans leur vessie et dans leur cou. Cette caractéristique unique a fait d’elles une source d’eau sur les bateaux.

Les tortues des Galapagos ne sont pas sourdes, mais elles dépendent davantage de leur odorat et de leur vision dans leur vie quotidienne.

Les tortues des Galapagos ont des relations amicales avec certains oiseaux, appelés pinsons. La tortue tire le cou pour permettre au pinson de picorer les tiques sur son cou, ses pattes arrières et la peau au bord de sa carapace. Attraper les tiques n’est pas une tâche pénible pour le pinson parce qu’il aime les manger – mais parfois, la tortue lui joue mauvais tour. Elle attend que l’oiseau sois sous son corps, puis elle s’assoie soudainement, écrasant le pauvre oiseau ! Elle mange ensuite l’oiseau écrasé – peut-être, parce qu’elle a besoin de protéines supplémentaires.

La reproduction des tortues des Galapagos

Les femelles enceintes doivent marcher plusieurs kilomètres de juillet à novembre pour atteindre leur site de nidification sec et sableux. Elles ont besoin de nombreuses heures et nombreux jours pour creuser un trou. C’est un travail fatigant pour les tortues. Elles utilisent leurs pattes arrière pour creuser un trou de 30 cm (1 pied) de profondeur pour pondre leurs oeufs. Elles peuvent pondre jusqu’à 16 oeufs. Les oeufs pèsent de 80 à 160 grammes (2,8 – 5,6 onces). Les oeufs sont de la taille de boules de billard.

Après 4 à 8 mois, de décembre à avril, les bébés tortues éclosent et creusent pour atteindre la surface du sable . Ils ne pèsent que 50 grammes (1,7 onces) et mesurent environ 6cm (2,4 pouces) de long. Cela prend plusieurs semaines aux pauvres petits pour se déterrer !

Dans des secteurs très secs, ils peuvent mourir sous terre s’ils sont enterrés sous une couche de terre compacte, et si la zone de nidification est inondée, ils peuvent se noyer. Au début, il est difficile d’identifier à quel type de tortue des Galapagos appartient un bébé, parce que tous ont une carapace en forme de dôme. Les jeunes tortues restent pendant leurs 10 à 15 premières années dans des zones moins élevées et plus chaudes. Elles font face à toutes sortes de dangers, elles peuvent tomber dans des fissures ou être écrasées par des rochers, et elle doivent aussi survivre à d’extrêmes chaleurs.

La tortue des Galapagos est-elle en danger d’extinction?

Le seul prédateur naturel indigène de la tortue des Galapagos est le faucon des Galapagos.  Le faucon attaque les oeufs et les bébés de la tortue des Galapagos. Les principales menaces pour les tortues adultes sont la destruction de son habitat et la chasse illégale. Quand elles ont été découvertes au XVIème siècle, il y avait environ de 250 000 tortue des Galapagos. Après plusieurs décennies de chasse à la tortue par les humains pour se nourrir, il ne reste qu’environ 20 000 tortues des Galapagos sur les îles de Galapagos. Les tortues géantes ont été attrapées et gardées à bord de bateaux par les marins à qui elles servaient de source de nourriture fraîche. Les tortues étaient non seulement une source de protéines, mais leur urine diluée servait également de source d’eau potable – bien que je ne voudrais pas boire de pipi de tortue ! Les marins ont utilisé la tortue des Galapagos comme source de nourriture parce que ces tortues peuvent survivre pendant plus d’une année sans manger et sans boire. On n’a pas besoin de les nourrir ou de s’en occuper. Cela ne coutait rien garder des tortues à bord du bateau. Par conséquent les tortues des Galapagos étaient en forte demande parmi les marins, les pirates, et les chasseurs de baleine. Ils s’arrêtaient aux îles des Galapagos pour se ravitailler en nourriture et en eau.

Ceci montre les tailles relatives de la tortue de Galapagos et d'un humain
La taille relative de la tortue des Galapagos Tortoise et de l’humain

Ces groupes de personnes qui sont venus aux Galapagos pour se ravitailler ont également apportées avec eux, des porcs, des chèvres, des chevaux et des vaches, qui sont devenus une nouvelle menace pour les tortues. Ils ont mangé le peu de végétation qu’il y avait sur les îles créant une pénurie de nourriture pour les tortues. Les sabots des animaux ont aussi écrasé les oeufs des tortues. En plus de ça, les chiens, les chats, les rats et les porcs mangent les oeufs et les bébés des tortues.

À partir de la fin du 19ème siècle, les tortues ont  également été chassées pour leur huile de qualité supérieure. Ces huiles étaient considérée de la même façon que l’huile de foie de morue. Les îles ont été déboisées pour faire de la place pour les cultures, les plantations de fruits, les stations touristiques et l’installation des humains, ce qui a détruit un grande partie de l’habitat naturel des tortues. En raison de la chasse et de la destruction de son habitat  le nombre total de tortues des Galapagos a diminué de façon drastique.

Sans effort de conservation, les générations futures n’auront pas l’occasion de voir de tortue des Galapagos. Leurs espèces disparaîtront à l’état sauvage.

La conservation des tortues des Galapagos

Aujourd’hui, la tortue géante des Galapagos est strictement protégée. En 1959, tous les secteurs inhabités des Galapagos ont été classé parcs nationaux et un centre de recherches a été établi. À l’époque, les 11 espèces restantes de tortues étaient en voie de disparition. En 1970, la chasse des tortues et de leurs oeufs ont été interdits. L’exportation des tortues a été déclarée illégale. En 1971, un décret  équatorien a rendu illégal le fait de détruire, enlever ou déplacer tout organisme, roche ou objet naturels du parc national des Galapagos.

Le centre de recherches Charles Darwin dans les Galapagos a lancé un projet d’élevage de tortue. Ils rassemblent des oeufs de tortue trouvés en zones de nidification menacées sur les îles et les rapportent à la station pour s’en occuper – pour s’assurer qu’ils survivent et se développent en de belles tortues saines avant de les réintroduire dans la nature. Les oeufs sont incubés et éclosent à la station de Darwin, et les bébés vivent à la station pendant 4 à 5 ans.

Ce projet d’élevage de tortue a été un grand succès. Des 11 espèces qui étaient en voie de disparition, 10 espèces ont été placées à un niveau de risque moins élevé. La plus grande réussite est celle de la tortue d’Espanola qui a été sauvée de l’extinction. Quand le projet a commencé, il ne restait que 3 mâles et 12 femelles. Au cours des 33 années suivantes, ces 15 tortues ont produit plus de 1200 tortues qui ont été réintroduites dans leur habitat naturel. Quel bel exemple de succès pour la tortue des Galapagos !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *