L’ours blanc

Les ours blancs ou ours polaires vivent dans le cercle arctique. On en rencontre au Canada, en Alaska, en Norvège et au nord de la Russie. Ce sont les plus gros carnivores terrestres du monde (le plus grand carnivore du monde est un genre de phoque, l’éléphant de mer du sud, et il est beaucoup plus confortable en mer que sur la terre ferme). Ce sont également les plus grands ours — étant juste un peu plus grand que l’ours brun. Un ours blanc mâle adulte pèse environ 350 – 680 kilogrammes (770 – 1500 livres) et une femelle adulte pèse environ 150 – 250 kilogrammes (330 – 550 livres). Quand elle est enceinte, elle pèse jusqu’à 500 kilogrammes (1100 livres) ! Là où vivent les ours blancs, les températures moyennes varient de -34 °C (– 30 °F) en hiver à 0 °C (32 °F) en été. Les ours blancs peuvent résister à un froid extrême parce qu’ils sont couverts d’une dense fourrure blanche. La taille d’un ours blanc mâle moyen est d’environ 2,4 – 3 m (8-10 pieds) et celle d’un ours blanc femelle est d’environ 1,8 – 2,4 m (6-8 pieds).

L'ours blanc est la plus grande terre Carnivoran du monde
L’ours polaire est le plus grand carnivore terrestre

L’habitat de l’ours blanc

Les ours blancs naissent sur la terre ferme, mais ils passent la majeure partie de leur vie en mer sur la banquise. C’est pourquoi certains disent que l’ours blanc est un mammifère marin. Ils peuvent rester sur la banquise pendant des mois à chasser. La banquise est un énorme morceau de glace plat dérivant sur la mer. Cette glace recouvre en partie l’océan arctique. Les phoques migrent selon les changements de la banquise. Quand les phoques migrent, les ours blancs migrent également, parce que les phoques sont la nourriture préférée de l’ours blanc. Dans certaines régions, lorsque la banquise fond complètement en été, les ours blancs migrent sur terre et attendent des mois que la banquise se reforme. En mer de Beaufort, les ours blancs se déplacent chaque été encore plus au nord où la banquise reste congelée toute l’année.

Les adaptations de l’ours blanc à son environnement

Les ours les plus proches des ours blancs sont les ours bruns. Les ours blancs ont une carrure plus longue et un crâne et un nez plus longs. Ils ont de petites oreilles et une petite queue, mais ils ont des pattes énormes. Leurs pattes sont beaucoup plus grandes comparées à celles d’autres ours. Ces grandes pattes arrondies permettent à l’ours de répartir son poids lorsqu’il marche sur la neige et sur la banquise. Leurs pattes sont comme des raquettes intégrées pour les ours blancs. Les pattes d’un ours blanc adulte mesurent environ 30 cm (1 pied) de large. Qui plus est, les coussinets de leurs pattes sont recouverts de petites bosses qui offrent une bonne friction lorsqu’ils marchent sur la glace glissante. Les griffes de l’ours blanc sont courtes et solides comparé à celles de l’ours brun. Ces griffes caractéristiques permettent à l’ours blanc de saisir de lourdes proies ou de s’accrocher à la banquise sans problème. Les ours blancs ont 42 dents. Leurs molaires sont plus petites et plus pointues que les molaires de l’ours brun. Étant des carnivores, leurs canines sont grandes et pointues.

Informations sur l’ours blanc

Les ours blancs sont protégés du froid par leur fourrure, mais aussi par une couche de graisse qui fait jusqu’à 10 cm (4 pouces) d’épaisseur. Leur peau et leur fourrure surchauffent si la température dépasse les 10 °C (500 F). Leur fourrure se compose d’une couche de fourrure intérieure très dense et d’une couche externe de poils de couleur blanc cassé. La couche externe de la fourrure mesure de 5 à 15 cm (2 à 6 pouces) d’épaisseur et recouvre presque le corps entier.

Leur fourrure blanc cassé devient habituellement jaune lorsqu’ils vieillissent. Quand ils restent dans un endroit chaud et humide, leur fourrure peut devenir verre pâle à cause des algues qui peuvent pousser dans leur fourrure externe. Les mâles ont des poils plus longs sur les pattes avant qui poussent jusqu’à ce que l’ours ait 14 ans.

L’ours blanc a un très bon odorat. Il peut détecter un phoque enterré sous un mètre de neige à presque 1,5 km (1 mille) de distance. Leur audition est aussi bonne que la nôtre et ils peuvent voir loin sans problème

La nage de l’ours blanc

Ce sont des nageurs exceptionnels. Ils nagent d’un morceau de banquise à l’autre. Des ours blancs ont été vus en train de nager à 320 km (200 milles) de la terre la plus proche. La graisse de leur corps les aide à flotter. Ils nagent comme les chiens en gardant la tête et une grande partie du dos hors de l’eau. Leurs grandes pattes les aident à se propulser rapidement dans l’eau. Ils nagent à une vitesse de 10 km/h (6 M/h) environ. Ils ont une démarche lente et maladroite. Leur vitesse de marche est d’à peu près 5,5 km/h (3,5 M/h). Lorsqu’ils courent à pleine vitesse, ils peuvent atteindre jusqu’à 40 km/h (25 M/h).

Comment chassent les ours blancs

L’ours blanc est le plus carnivore de tous les ours. Ils se nourrissent principalement de phoques. Des millions de phoques vivent en Arctique. Les ours attrapent les phoques lorsque ceux-ci remontent pour respirer à la surface dans des trous de la banquise ou quand ils grimpent sur la banquise pour se reposer.

La plus commune méthode de chasse de l’ours blanc s’appelle chasse à l’affût. L’ours utilise son excellent odorat pour trouver un trou de respiration de phoque et il se tapit tout près, attendant tranquillement et patiemment qu’un phoque s’approche. Quand le phoque sort du trou pour respirer, l’ours blanc sent son souffle et passe rapidement sa patte dans le trou et attrape le pauvre phoque. Les longs museau et cou de l’ours blanc lui permettent de chercher les phoques dans des trous profonds. La puissance de ses pattes arrière lui permet de pouvoir traîner de très gros phoques sur la glace. L’ours blanc attaque également les phoques quand ils se reposent sur la banquise. Par exemple, si l’ours blanc repère un phoque, il s’approche à environ 100 m (300 pieds) et il se tapit. Si le phoque ne le remarque pas, l’ours rampe à 10 à 12 mètres (30 – 35 pieds) du phoque et se précipite soudainement vers lui pour l’attaquer. Une troisième méthode de chasse est d’attaquer les tanières où les phoques femelles donnent naissance à leurs petits.

Les ours adultes ont tendance à ne manger que les nourritures les plus riches — la peau et la couche épaisse de graisse d’un phoque. Les jeunes ours qui ne dépendent plus de leur mère, mais ne savent pas encore assez bien chasser ou ne sont pas encore assez grands doivent rechercher des animaux morts laissés par d’autres ours. Il arrive aussi que les jeunes ours soient forcés d’abandonner un animal à moitié mangé qu’ils ont tué, s’ils ne peuvent pas empêcher des ours plus grands de leur les voler. Les pauvres !

L’ours blanc est un prédateur puissant. Il peut tuer un morse adulte, même s’il essaye rarement. Un morse peut peser jusqu’à deux fois plus qu’un ours, et a de longues défenses en ivoire qui mesurent environ 90 cm de long (3 pieds). Le morse utilise ces défenses pour se défendre.

Les ours blancs chassent également les bélugas, qu’ils attrapent lorsque les bélugas remontent respirer dans des trous de la banquise. Les bélugas sont de la même taille qu’un morse, et il est très difficile pour les ours blancs de les tuer. Les ours blancs attaquent très rarement des bélugas adultes.

La plupart des animaux terrestres de l’Arctique peuvent courir plus vite que l’ours polaire parce que les ours surchauffent rapidement. La plupart des animaux marins que l’ours rencontre peuvent aussi nager plus vite que lui. Ainsi, comme vous pouvez le voir, les ours blancs ne sont pas les coureurs les plus rapides sur la terre ferme et pas les nageurs les plus rapides en mer. À certains endroits, les ours blancs mangent de jeunes morses et les cadavres de morses ou de baleines adultes.

Mère et CUB d'ours blanc
Une mère ours polaire et ses petits

Les bébés ours blancs

Les ours blancs sont actifs tout au long de l’année excepté pour les femelles enceintes. Une femelle enceinte est trop lourde pour être active. Elle a pris au moins 200 kg (440 livres) sur son poids d’origine. Elle se rendra dans une tanière dans la glace pour donner naissance. Les petits naissent aveugles, couverts de fourrure brun clair et pèsent moins d’un kilogramme (moins de 2 livres). Ils sont complètement sans défense — ils risqueraient de mourir rapidement en dehors de la tanière ! Ils n’ouvrent leurs yeux qu’après une trentaine de jours.

Ils naissent entre novembre et février, quand il fait sombre et froid dans l’Arctique. La mère ne se nourrit pas alors qu’elle donne son lait aux petits. La femelle donne généralement naissance à deux petits à la fois. Elle reste avec ses petits dans la tanière jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour prendre soin d’eux-mêmes. Quand les petits sont prêts, elle ouvre l’entrée du repaire. Les petits pèsent alors de 10 à 15 kg (22 à 33 livres). Pendant 12 à 15 jours, la famille reste juste à l’entrée de la tanière et la mère reste près de ses petits. Les petits jouent les uns avec les autres. Progressivement, les petits commencent à marcher de leur tanière à la banquise. Habituellement, les petits restent avec leur mère pendant un an et demi, ils apprennent alors à chasser. En tout, la mère reste sans manger pendant environ 8 mois.

Les ours blancs ont la capacité de ralentir leur métabolisme quand il est difficile de trouver de la nourriture, et ils re-augmentent leur métabolisme quand la nourriture est abondante. Les ours blancs peuvent ralentir leur fréquence cardiaque de 46 à 27 battements par minutes. Ils peuvent jeûner pendant plusieurs mois lorsque la banquise fond et qu’ils ne trouvent pas de phoque à chasser. À cette époque, ils vivent sur leurs réserves de graisse pendant des mois. Les ours blancs peuvent également manger des bœufs musqués, des rennes, des œufs d’oiseaux, des rongeurs, des mollusques et des crustacés, des crabes et même d’autres ours blancs. Ils mangent également, mais rarement, des végétaux comme des baies, des racines et du varech — ils ont besoin d’un régime très gras, et les phoques et les baleines sont les aliments les plus gras qu’ils peuvent trouver. Ils n’obtiendraient pas suffisamment d’énergie en mangeant des animaux et végétaux terrestres.

Les attaques d’ours blanc

Les ours blancs n’attaquent que rarement les êtres humains, à moins d’être dérangés. Mais un ours blanc affamé peut tuer et manger un humain. Ne dérangeait jamais un ours affamé ! Ce sont des chasseurs sournois et adroits. Il attrape souvent leur proie par surprise. Si une personne est attaquée par un ours brun, il sera sérieusement blessé, mais l’ours abandonne souvent sa victime. Quand un ours blanc attaque une personne, celle-ci a peu de chance de survie. Si un ours blanc vous attaque, dites vos prières !

Les ours blancs adultes vivent habituellement seuls, mais ils ont souvent été observés en train de jouer avec d’autres ours blancs pendant des heures et en train de s’embrasser lorsqu’ils dorment. Les petits sont joueurs. Ils sont capables de beugler, hurler, grogner, souffler et ronronner.

Ils sont moins affectés par les maladies infectieuses et les parasites que la plupart des mammifères terrestres. Ils vivent rarement plus de 25 ans. Le plus vieil ours polaire connu, vivant à l’état sauvage, est mort à l’âge de 32 ans et la plus vieille ourse femelle vivant en captivité est morte en 1991 à l’âge de 43 ans. Quand les ours blancs sauvages vieillissent, ils deviennent trop faibles pour se déplacer et chasser leur nourriture. Ils meurent peu à peu de faim. Mis à part cela, les ours blancs sauvages blessés dans un combat ou un accident peuvent également mourir parce qu’ils ne peuvent plus chasser. Ils finissent aussi par mourir de faim.

Les ours blancs sont des prédateurs au sommet de la chaine alimentaire. Ils n’ont pas de prédateurs, bien que leurs petits soient parfois mangés par des loups affamés ou des ours bruns.

Les ours blancs ont été longtemps chassés pour leur fourrure, leur viande, leur graisse, leurs tendons, leur vésicule biliaire et leurs canines. Ils étaient chassés par les populations indigènes de l’Arctique. Traditionnellement, ces chasseurs employaient quelque chose pour distraire l’ours, alors ils l’attaquaient avec des lances ou des flèches. La fourrure était employée pour coudre des pantalons et des chaussures. La viande était mangée. La graisse était employée pour l’alimentation et comme combustible pour éclairer les maisons. Les tendons étaient utilisés comme fils pour coudre les vêtements. La vésicule biliaire et parfois le cœur étaient séchés et réduits en poudre, et servaient de médicaments. Leurs grandes canines étaient utilisées pour faire des amulettes. Très peu d’humains vivent ou ont vécu dans le froid extrême de l’Arctique, donc la chasse n’a pas affecté la population des ours blancs.

L’ours blanc mis en danger par le réchauffement planétaire

Le 15 mai 2008, le gouvernement des États-Unis a classifié les ours blancs en tant qu’espèce en danger selon la loi de protection des espèces menacées. Les effets du réchauffement planétaire ont significativement affecté le mode de vie des ours blancs. En raison des températures plus chaudes, la banquise fond maintenant beaucoup plus tôt qu’il y a 30 ans. Ce qui signifie que les ours blancs ont une saison de chasse plus courte et ils risquent de mourir de malnutrition. Indépendamment de cela, la pollution et les flaques de pétrole dans l’océan arctique menacent également la vie des ours blancs. Le rapport géologique des États-Unis (U.S. Geological Survey) prévoit que deux tiers des ours blancs du monde disparaîtront d’ici 2050 en raison du réchauffement climatique. La quantité de banquise en l’Arctique diminue chaque décennie, comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous. Si la banquise disparaît, les malheureux ours blancs seront en grandes difficultés, et ne pourront pas survivre, excepté dans les zoos.

L'habitat de l'ours blanc est menacé par le réchauffement global
L’habitat de l’ours blanc est menacé par le réchauffement climatique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *